Mangez mieux Nutri'Zen

Naturopathie et alimentation naturelle

naturopathie
Florence Fernandez
Article rédigé par : Florence Fernandez

Idée reçue n°2

Il faut de longues années d’études pour reconnaitre les aliments bon pour la santé?

 

Du bon sens et de l’intuition

En se recentrant sur nos besoins, nous avons la possibilité de réactiver ces ressources intuitives, et cela constitue déjà une bonne partie du chemin. Fut un temps, nous mangions instinctivement ce que la nature nous offrait et c’est en fait depuis peu que nous avons voulu disséquer la nourriture en vitamines, calcium, fer, et autres. Et aussi à quantifier: combien de calories contient cet aliment? Combien de vitamines A, B, C ou D?

Nous avons alors commencé à manger avec notre cerveau: drôle de régime, n’est-ce-pas?

A la source des produits locaux et de saison.

Lorsqu’il s’agit de nourriture, nous ne devrions pas nous référer à notre cerveau. La vraie question à se poser est: quelle plante pousse naturellement en cette saison, là où je vis, et de quoi ais-je envie?

Car c’est ce qui nous convient le mieux. Mère Nature nous offre tout ce dont nous avons besoin.

Prenons l’exemple de la vitamine C: ce que nous pensons absorber en mangeant des agrumes, venant de pays lointains, se trouve aussi dans les fruits d’hiver locaux tel le kaki, ou bien les pomme de terre, légumes et crudités, tels le choux et les carottes.

jus fruit légumesAussi, une tomate en plein hiver parvient à pousser, mais les bienfaits pour notre santé sont mineurs et le taux de vitamines très bas.

La naturopathie  nous rappelle que chaque saison nous procure ce dont nous avons besoin.

Au printemps, la nature nous offre de jeunes pousses et des germes pleins de vigueur, afin d’augmenter notre vitalité au sortir de l’hiver. En été, les fruits et les légumes débordent de jus, au moment où nous avons le plus besoin d’humidité. En hiver et en automne, poussent des végétaux plus secs qui rassasient et se conservent mieux, comme le potiron ou les carottes.

Fort heureusement, nombre de fermiers vivent encore en respectant cette sagesse ancestrale. Ainsi les fromages de chèvre, par exemple, ne sont pas produit entre novembre et mars, puisque les femelles enceintes ont besoin se reposer.

Allons chercher au maximum à la source, en achetant nos produits chez les producteurs, et il y en a plus que vous ne pensez, non loin de chez vous.

Les fruits et légumes éviteront ainsi de perdre leurs précieux nutriments en voyageant et les prix seront plus juste. Ils sont tellement plus appétissants que dans les rayons  des supermarchés.

De plus nous nous relions à notre terre Mère par le contact direct des exploitants agricoles.

épices et aromatesSi malgré tout vous ressentez un manque d’énergie ou une faiblesse, la naturopathie  conseille des suppléments, que l’on peut trouver dans des plantes sèches ou des extraits, macérations, jus, ou encore des algues, comme la spiruline.

5 fruits et légumes par jour?

Ne nous prenons pas la  tête!

Une assiette qui contient systématiquement, et à chaque repas, des légumes et des fruits dont vous avez envie.

De la couleur, des saveurs, des préparations créatives vous stimulerons à retrouver votre bon sens.

N’oublions pas que le goût ne dépend pas uniquement du beurre qui accompagne une sauce, mais également des épices et herbes, et surtout de la fraicheur et de la provenance  des aliments.

Et puis je rajouterai que cela dépend aussi de la conscience et de l’amour que l’on y met dedans!

Bon appétit.

alimentation conscienteSource: http://www.mangerbouger.fr/ et numéro Happinez spécial alimentation

A propos de l'auteur

Florence Fernandez

Florence Fernandez

Diplôme d'Etat BTS diététique
Formation Ecole Naturopathie Aesculape Aix en Provence
Formation Ecole de Sophrologie caycédienne du grand Avignon

Conseillère en Elixirs de fleurs DEVA et BACH

Master en contrôle de la qualité des aliments
Diplôme d'Etudes Approfondies Sciences Alimentaires

2 commentaires

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :