Nutri'Zen

Les neurotransmetteurs du bien-être, selon notre profil psychologique: lequel manger?

neurotransmetteur selon profil psychologique
Florence Fernandez
Article rédigé par : Florence Fernandez

Nourrir nos neuromédiateurs…

Les neuromédiateurs sont des messagers chimiques directement liés au bien-être, principalement fabriqués dans le cerveau et les intestins, mais que l’on retrouve dans beaucoup d’autres organes. Selon nos préférences cérébrales, notre carburant principal sera spécifique et lié à un neurotransmetteur.

La nourriture apte à fournir une quantité optimale de neuromédiateurs se trouve dans les protéines fabriquées à partir d’acides aminés précurseurs de nos précieuses hormones.

Pour alimenter notre bien-être hormonal et psychologique, il est conseillé de manger des aliments apportant suffisamment de protéines. Les œufs bio de poules élevées en plein air sont les grands gagnants s’ils sont mangés le matin, car ils sont alors transformés correctement, alors que le soir ils encrassent le foie.

neurotransmetteur selon profil psychologique

… selon notre typologie cérébrale

  • Le frontal

Visionnaire, il a plein d’idées nouvelles. Intellectuellement rapide, il carbure à la caféine et stresse facilement. Il utilise prioritairement son cerveau frontal, son besoin en dopamine est accru. La dopamine se trouve en grande quantité dans le parmesan et les fromages sur lesquels apparaissent de petits cristaux blancs (la tyrosine, un acide aminé). Cette hormone est matinale, il convient donc de la nourrir le matin et le midi seulement. Il y en a également beaucoup dans les viandes et les poissons.

  • Le basal

Droit dans ses bottes, il a besoin de temps pour changer ses habitudes. Très fiable, il aime le cadre et la logique. Sa force tranquille fonctionne à la sérotonine. La sérotonine est surtout fabriquée dans les intestins, dont il conviendra de prendre soin. Les précurseurs principaux des neurotransmetteurs sont le magnésium et le tryptophane, que l’on trouve dans la fève de cacao crue. Le chocolat cru est donc une bonne source pour alimenter la sérotonine. Pour augmenter notre hormone du bien-être, nous avons besoin de produits laitiers (brebis ou chèvre) le matin, et de bonnes sources de sucre au goûter (fruits entiers, miel, chocolat) pour faciliter sa synthèse. Au contraire, l’apport de sucre le matin bloque la sérotonine.

  • Le cerveau droit

Idéaliste, il crée du lien avant tout. Créatif, perspicace, avec de grandes capacités intellectuelles, il aime les découvertes et fonctionne à l’acétylcholine, élément essentiel à la mémoire. L’acétylcholine se retrouve dans les phospholipides comme le jaune d’œuf, la lécithine de soja, l’huile de germe de blé, les poissons gras et surtout les œufs de poisson, le foie et les oléagineux.

  • Le cerveau gauche

Pragmatique, doué en calcul, il a le sens pratique, mais peut vite cogiter s’il manque de son carburant, le GABA. Le GABA a besoin de magnésium et de vitamine B6 comme il y a dans l’avocat ou la fève de cacao. Il se retrouve également dans les protéines, les pommes de terre, le gingembre, la banane, le kimchi (plat fermenté coréen) et le thé (vert, noir, oolong).

À chacun sa manière d’utiliser son cerveau

Nous utilisons toutes les parties de notre cerveau, mais dans un sens spécifique, ce qui crée de multiples combinaisons et une grande diversité. Dès notre création, nos mouvements ont imprimé des plis et des circuits de connexion dans notre cerveau, gourmands, à leur façon, de certains nutriments.

Afin d’alimenter notre bien-être, il convient de manger suffisamment de sources de protéines (œufs, viandes, poissons, légumineuses prégermées), de magnésium, de vitamine B, de zinc (régulateur d’humeur) et de matières grasses naturelles (sans graisses hydrogénées). Manger des protéines et des matières grasses (œufs et fromages) dès le petit déjeuner et éviter le sucre.

Les méninges dans l’assiette

  • Petit déjeuner

Sauter le petit déjeuner n’est pas judicieux, car nous avons besoin de carburant pour bien commencer la journée et produire des hormones. En revanche, sauter le repas du soir améliore notre confort digestif nocturne et la qualité de notre sommeil. De ce fait, il est encore plus facile de prendre un petit déjeuner complet.

  • Déjeuner

Idées pour favoriser la production adéquate de neurotransmetteurs : avocat et/ou crudités arrosés d’huile de germe de blé et de vinaigre de cidre, dés de féta, olives ; protéines (viande, poisson) accompagnées de légumes au lait de coco et curry, de légumineux prégermés (lentilles, par exemple) ou de pommes de terre bio (avec la peau) cuites à la graisse de canard ou au beurre clarifié ; yaourt de chèvre fermenté ou kéfir ; tisane et chocolat cru à 70 % de cacao.

 

Source Alternative Santé

 

 

A propos de l'auteur

Florence Fernandez

Florence Fernandez

Diplôme d'Etat BTS diététique
Naturopathe Ecole Aesculape Aix en Provence
Sophrologue Ecole de Sophrologie caycédienne du grand Avignon

Positionnement de l'accompagnant thérapeute
Conseillère en Elixirs de fleurs DEVA et BACH
Atelier de l'écoute de Faber et Mazlish
Nutrithérapie pour les futurs parents et les femmes enceintes

Master en contrôle de la qualité des aliments
Diplôme d'Etudes Approfondies Sciences Alimentaires

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :