Mangez mieux

Détruire les cellules cancéreuses en mangeant, c’est possible!

fruits et légumes bio
Florence Fernandez
Article rédigé par : Florence Fernandez

LES SALVESTROLS DÉTRUISENT LES TUMEURS

Cancer ou pas, une raison de plus pour manger BIO

Les salvestrols appartiennent à la famille des phytoalexines, des substances synthétisées par les plantes pour se protéger contre les agressions des bactéries, champignons, virus et insectes. On ne les retrouve en grandes quantités que dans les fruits, légumes et herbes aromatiques issus de l’agriculture biologique. Ils ont un goût amer.

Chez l’homme, des scientifiques anglais ont observé que ce groupe de phytonutriments détruit sélectivement les cellules tumorales au fur et à mesure qu’elles se forment, tandis que les cellules saines sont épargnées. Il faut savoir que près d’un millier de cellules cancéreuses apparaissent chaque jour dans le corps humain et que ces cellules sont rapidement et efficacement éliminées sans aucune formation de tumeur lorsque l’on a une alimentation « propre » et un mode de vie sain.

fruits_legumes

Problème, il se trouve que les salvestrols ont en grande partie disparus de notre alimentation au cours des dernières décennies, excepté dans les produits bio.

En analysant toutes sortes de fruits, légumes et herbes aromatiques, les chercheurs anglais sont parvenus à identifier plus d’une vingtaine de phytonutriments (bioflavonoïdes, acides carboxyliques, stilbènes, stilbénoïdes) qui ont tous la capacité, d’enclencher le processus d’apoptose (mort) des cellules cancéreuses.

Pourquoi n’y a-t-il plus de salvestrols dans notre alimentation ?

L’alimentation moderne est pauvre en salvestrols. Les pesticides tels que les fongicides réduisent de façon drastique les salvestrols contenus dans les fruits et légumes courants. Il est en effet logique que les plantes traitées n’éprouvent plus le même besoin de synthétiser des phytoalexines pour se protéger.

De plus, les aliments traités contiennent  des substances cancérigènes sous forme de résidus de pesticides.

Et aussi, les programmes d’amélioration et de sélection des variétés végétales des 50 à 60 dernières années ont éliminé les variétés les plus riches en salvestrols (et moins dépendantes des produits phytosanitaires) à cause de leur amertume. Le consommateur moderne n’apprécie plus les aliments amers et mange par exemple plus volontiers des choux de Bruxelles au goût légèrement sucré que des variétés traditionnelles plus amères. On préfère également les nouvelles variétés de fruits et légumes uniformes en taille, couleur et forme et on ne cultive plus les variétés plus anciennes, moins jolies, qui sont pourtant plus riches en salvestrols.

Un autre facteur expliquant la diminution des salvestrols dans l’alimentation vient du fait que les industriels de l’agro-alimentaire les éliminent des produits raffinés pour des raisons de goût, de couleur et de transparence du produit, comme c’est le cas par exemple pour les jus de fruit et l’huile d’olive. Leur goût devient ainsi plus sucré sans la nécessité d’ajouter du sucre. En règle générale, les aliments raffinés contiennent peu ou pas du tout de salvestrols.

Le groupe de recherche de Burke et Potter est arrivé à la conclusion que l’alimentation moderne avait un contenu en salvestrols 80 à 90 % moins élevé que celle d’il y a 50 à 100 ans. Seuls les produits alimentaires BIO (non transformés) contiennent encore des quantités correctes de salvestrols.

Il est évident que la diminution de leur teneur dans les aliments, combinée à l’augmentation de la teneur en substances cancérigènes, a contribué à l’augmentation des cancers durant les dernières décennies.

Augmenter l’ingestion des salvestrols

Pour mieux se protéger contre le cancer, il est conseillé d’absorber de plus grandes quantités de salvestrols en consommant des herbes, fruits et légumes BIO non transformés. En Angleterre, un projet en cours vise à retrouver des variétés anciennes de fruits et légumes possédant naturellement une teneur élevée en salvestrols.

Il est préférable de cuire les légumes à la vapeur ou en les faisant revenir à la poêle étant donné que les salvestrols résistent bien à la chaleur mais migrent dans l’eau de cuisson. Il est également recommandé d’utiliser des fruits et légumes biologiques sélectionnés pour leur relative amertume. Quoi qu’il en soit, la découverte des salvestrols est une raison de plus de manger des aliments frais, bio et non transformés.

Portez-vous mieux!

Source Alternative santé n°189 Michel Dogna

A propos de l'auteur

Florence Fernandez

Florence Fernandez

Diplôme d'Etat BTS diététique
Naturopathe Ecole Aesculape Aix en Provence
Sophrologue Ecole de Sophrologie caycédienne du grand Avignon

Positionnement de l'accompagnant thérapeute
Conseillère en Elixirs de fleurs DEVA et BACH
Atelier de l'écoute de Faber et Mazlish
Nutrithérapie pour les futurs parents et les femmes enceintes

Master en contrôle de la qualité des aliments
Diplôme d'Etudes Approfondies Sciences Alimentaires

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :